Les propos de chacun n'engagent que lui ! ..................................................... Pour revenir au forum, cliquer à droite :
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Partagez | 
 

 Benoit XVI en Afrique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ursule

avatar

Nombre de messages : 578
Age : 57
Date d'inscription : 23/03/2012

MessageSujet: Re: Benoit XVI en Afrique   17.04.12 16:08

La lutte contre le sida s'inscrit plus largement dans le cadre d'une lutte entre le bien et le mal ; entre Dieu et le diable ; le Pape ne peut dire mieux que de proposer à l'Homme de choisir la voie de la sainteté par l'humanisation de la sexualité humaine ; et pourtant Satan opte pour une déshumanisation de cette sexualité ; il opte pour une dégradation toujours plus profonde de l'être humain et cela s'inscrit dans une logique diabolique de toujours refuser de servir l'espèce humaine ; pour cela il invente des moyens de torture qui sous l'aspect d'un bienfait sexuel ne contribue qu'à avilir toujours plus l'être humain ; pour combattre le sida combattons avant tout l'enfer !!! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Benoit XVI en Afrique   06.10.09 21:22

Oui l'usage du préservatif réduit considérablement la transmission du VIH et donc il faut le donner, mais... Combattre le sida ne se résume pas seulement a donner des préservatifs...
Nous avons aussi le devoir d'oser dire au "tout préservatif" et rien qu'au préservatif, nous devons clairement dire la sexualité sans responsablilité, nuit gravement àla santé, car si l'usage du préservatif fait partie de la lutte contre le sida, c'est une simple réponse "technique" à ce grand problème.
Revenir en haut Aller en bas
P'tit poisson



Nombre de messages : 22
Age : 54
Date d'inscription : 16/12/2007

MessageSujet: Re: Benoit XVI en Afrique   30.03.09 10:24

Dans tout ce débat, ne devrions-nous pas distinguer deux éléments ?
- les relations amoureuses : c'est à dire les relations où l'AMOUR est premier... où on prend le temps de se connaître ; où on peut même prendre le temps d'attendre et de faire le test avant la première relation intime... C'est peut être un rêve, c'est peut être irréalisable... mais cela doit être exprimé pour dire la beauté de la relation amoureuse quelle qu'elle soit.
- les autres relations : c'est à dire les relations où, entre autre, le physique prend une place plus importante. Et là, obligation est faite tout d'abord de se protéger pour protéger l'autre.

Comme croyant, j'ai à essayer de vivre la première attitude. Je dois essayer d'en témoigner. Si je veux suivre le Christ, je dois aimer à sa manière. Jusqu'au bout. Jusqu'à la mort et la mort de certaines relations pour d'autres plus épanouissantes.

Je suis surpris au travers de tout ce qu'on a pu lire, entendre, voir,... l'absence de l'AMOUR. Comme si le plus important était d'avoir (un compagnon, un ami, une femme, des relations sexuelles,...) ne laissant plus de place à l'être, pris en tant que verbe (être l'ami de, être époux,...) Le Christ a fait son choix : "Etre". A sa suite, avec l'aide de son Esprit, faisons mourir notre "avoir" pour que naisse notre "être".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
georges



Nombre de messages : 1
Age : 47
Date d'inscription : 29/03/2009

MessageSujet: Re: Benoit XVI en Afrique   29.03.09 18:54

hello, bonjour, bonsoir alien ....

Nouveau sur ce forum je veux souligner ailleurs comme sur ce site,mon attachement viscéral à LA LIBERTE D'EXPRESSION et D'OPINION qui pour moi est une des libertés fondementales de l'homme .
Idea Idea Idea
Ell est d'ailleuts reconnue à l'article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme

* Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelques moyen d'expression que ce soit****.

Ceci étant affirmé et tout en défendant avec vigilance cette liberté y compris sur le site de DUEC que j'ai découvert il y a peu, je n'abandonne cependant pas tout esprit critique à l'égard de propos stéréotypés qui veulent prendre valeur d'évidence en étant assénés assortis d"images qui dégoulinent de bondieuseries saint sulpiciennes.

Comme il est aussi question de capote il est bon parfois de savoir la mettre sur la langue pour éviter la propagation du virus de l'intolérance comme celui du fanatisme proselyte et mortifère. pirat

A ce sujet je suis marié et père de famille, homo et séropo la totale quoi!..

.Avec mon épouse nous continuons un chemin de vie commune pas aisé et nous avons des relations dites * sexuelles * mais qui pour moi sont infiniment plus..avec capote évidement pirat pirat et ces moments de plaisirs intenses, recus, donnés,jouissifs, partagés sont possibles grâce à la capote ( qui reste un moyen ) et c'est vital dans notre couple pour nous dire l'un à l'autre notre amour réciproque, dans un langage corporel à construire à deux et chaque fois autres.

Je souligne que la capote n'est pas qu'une question subsidiaire posée au homos elle est aussi vitale dans la grande majorité des couples hétéros et en dehors de la problématique du sida.. Question ...malgré Humanae vitae (fermez la parenthèse...)

A plus .....et bonne continuation pour le site
..... Smile et peut être une sortie du coma prolongé de l'association que je n'entend pas beaucoup sur des questions fortes et les explications données sur ce silence ne cont absolument pas convaincantes....il y pire que d'avoir des pensées erronées ce'st de ne pas avoir de pensées du tout ....disait je ne sais plus qui!!!
Georges cheers alien !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Benoit XVI en Afrique   28.03.09 11:34

A force de se taire comme association, on en perd de sa crédibilité.
En d'autres temps, des associations se sont aussi tues...

Nous en parlions avec de ceux qui ont commencé à Bruxelles.
Et le silence assourdissant de DUEC est l'une des raisons de notre départ.
Revenir en haut Aller en bas
Yves
Admin
avatar

Nombre de messages : 281
Age : 63
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: Benoit XVI en Afrique   27.03.09 22:42

Bonjour Ben,

C'est vrai que Duec en tant que telle ne s'est pas exprimée, et, sans entrer dans une réflexion ici, je ne pense pas que ce soit ni sa vocation, ni son rôle.
En revanche, un certain nombre de membres de l'association se sont exprimés ici.
Or tu vois que les avis ne sont pas tous les mêmes, et de loin.

Comment donc une réaction "officielle" pourrait-elle être représentative d'avis divers ou même contradictoires ?
Cela serait irrespectueux de la liberté et de la diversité des opinions de chacun.

Personnellement, je préfère que personne ne parle en mon nom !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Benoit XVI en Afrique   27.03.09 20:13

J'entends bien que c'est un débat entre adulte, mais où est la parole de DUEC ?
A force de vouloir se tenir en spectateur des débats, on en est sans chair, désincarné.

Bon nombre d'associations de chrétiens gay et lesbienne ont réagi.
DUEC est resté, étrangement, muette...
Revenir en haut Aller en bas
Webmaster
Admin
avatar

Nombre de messages : 73
Date d'inscription : 26/11/2005

MessageSujet: Re: Benoit XVI en Afrique   27.03.09 16:22

Explique-moi, Ben, pourquoi tu parles de pseudo tolérance ?
Y a -t-il des fois où elle ait été "pseudo", c'est à dire prétendue, orientée ?

Il s'agit de non-censure, chacun étant libre de ses propos et en assumant l'entière et totale responsabilité, en adulte.

Duec n'a pas pour vocation de bailloner ce qui plait aux uns et déplait aux autres.
et le lieu où ce qui est à rectifier peut l'être, c'est par vos réponses plutôt que par la censure "administrative" du webmaster.

A chacun de jouer pour dire son avis, exactement comme vous venez de le faire.

Chacun est assez adulte pour ça sans faire intervenir le "grand Manitou" à chaque désaccord sur un sujet ou un autre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.devenirunenchrist.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Benoit XVI en Afrique   27.03.09 15:39

Entièrement d'accord avec Henry.
Le texte de ce "médecin" est nauséabond.
Partisan de la liberté d'expression, il m'est difficile d'accepter des propos qui viennent nier des données objectives.
Dans la lutte contre cette maladie, la capote reste encore le moyen le plus efficace pour éviter la contamination.
moyen à utiliser quand l'éducation aux valeurs n'a pas porté ses fruits.

Si ce message reste en l'état, à mon sens, DUEC se discrédite grandement...
Mais comme la "pseudo-tolérance" affichée sur ce forum semble sacrée...
Revenir en haut Aller en bas
h de portzamparc

avatar

Nombre de messages : 33
Age : 57
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: Benoit XVI en Afrique   27.03.09 15:01

Dans cette croisade de certains contre le préservatif, je pense qu'il est important de noter que certains communiqués sont plus partisans, voire prosélytes que d'autres... dont ce dernier signé de ce docteur qui, visiblement, cherche à polémiquer sur la fiabilité avérée du préservatif.
Ce rentre dedans partisan, si je puis dire, me débecte, tant il voudrait remettre en cause la parole et les recherches de grands acteurs, professeurs ou chercheurs en médecine, chargés de prévention contre des maladies infectieuses et la lutte contre du sida. Et eux savent prouver scientifiquement que la capote est le seul rempart contre la maladie.
Attention, ce docteur s'immisce dans notre forum, pour y déverser "sa" vérité toute partisane, comme il le fait régulièrement dans des salons plus ou moins recommandables au côté d'un certain Xavier Dor, docteur aussi...
Certes, chacun a bien droit à sa parole chez DUEC, mais de tels propos ne sont pas forcément parole l'Évangile ! Il faut noter qu'il en est encore, dans l'Église, comme cet évêque d'Orléans, des partisans bornés qui remettent totalement en question cette fiabilité du préservatif et son efficacité, ce qui ne manquera pas de déstabiliser certains, voire les mettre en situation de danger sanitaire.
Sans compter que cela va un peu plus faire les choux gras de ceux qui ne verrons dans ces positions rétrogrades de notre chère Église, obligeant dimanche prochain encore nos curés modérés, à devoir justifier l'injustifiable... démontrant que dans ces innombrables polémiques, le pape n'est plus infaillible.
Et si, au lieu de la mettre à l'index, il la portaient plutôt en bouche ? Il se peut que cela préserve déjà efficacement des grosses conneries !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.20six.fr/homocatho
Yves93



Nombre de messages : 1
Age : 53
Date d'inscription : 26/03/2009

MessageSujet: Sida : le pape Benoît XVI a raison...   26.03.09 19:05

Communiqué de l'Association Catholique des Infirmières et Médecins, le 23 mars 2009

Le 25 mars 2009 - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - « S'il n'y a pas l'âme, si les Africains ne s'aident pas, on ne peut résoudre ce fléau en distribuant des préservatifs : au contraire, cela risque d'augmenter le problème. » Ce sont les mots exacts que le pape a prononcés dans l'avion qui l'emmenait en Afrique et qui ont déclenché une déferlante contre la catholicité. Une de plus.

Quand le sida a été découvert comme une maladie mystérieuse 400 cas avaient été repérés dans le monde. Quelle était la solution ? Le préservatif. En 1987, 51.000 personnes dans le monde étaient recensées comme ayant cette maladie (L'Express n° 1722). Valeurs actuelles écrit : « Deux populations à risque : les homosexuels américains et les Africains de la région subsaharienne » (13 juillet 1986). Cette revue ne voit à l'époque qu'une seule solution : « le retour à la moralité ». Que prône Le Point à cette époque : le préservatif (23 mars 1987, page 89) ? Entre ces deux options laquelle était la bonne ? Le monde entier a choisi la seconde. Le sida passera de 400 cas à 4000 cas, puis à 40.000 cas, puis 400.000 cas, puis 4 millions de cas, puis 40 millions de cas avec cette seule option qu'était le préservatif présenté au nom de la liberté sexuelle. Sans doute faudra-t-il arriver à 400 millions de cas pour qu'enfin on se pose cette question ? Le préservatif est-il la seule méthode d'empêcher la propagation du sida ? La réponse du pape est qu'il s'agit d'un pis aller. Pourquoi ?

Tout simplement parce que le préservatif ne protège que partiellement du sida, comme il évite partiellement les grossesses. Tous les gynécologues obstétriciens le savent (taux d'échec 4 à 12 % année-femme). Tout simplement parce que le virus du sida est 500 fois plus petit qu'un spermatozoïde selon le professeur Lestradet de l'Académie Française. Et qu'un préservatif présente toujours des petits trous de l'ordre de 5 microns (millionième de mètre). En Afrique du Sud, une expérimentation d'une gelée anti-sida a été faite sur 82.000 femmes avec utilisation rigoureuse et absolue du préservatif. Cette gelée s'est avérée inefficace mais en plus 4 % des utilisateurs avaient attrapé le sida (Info Q.d.M. du 8.12.08). Tel est le taux d'échec. Qui dans le monde accepterait de donner à un enfant un jouet qui dans quatre cas sur cent va le tuer au bout d'une année ? Personne. C'est pourtant ce qui se passe avec la promotion du préservatif chez les adultes.

Le pape nous rappelle simplement à la raison. Le préservatif est en fait la roulette russe qui par un faux effet de sécurité condamnera à mort au bout d'une année quatre personnes sur cent.

Alors quelle est la solution ? Elle est donnée par l'ONU elle-même dans son programme réactualisé du 19 mars 2009 évoquant le moyen de réduire le nombre des contaminations. « Retarder l'âge du premier rapport sexuel, s'abstenir sexuellement, prendre des risques moindres en étant fidèle à son partenaire lorsqu'aucun des deux partenaires n'est infecté, réduire le nombre des partenaires sexuels et...utiliser régulièrement des préservatifs ». Ceci rédigé en dehors de toute considération morale catholique bien évidemment venant de cet organisme. C'est en réalité ce que dit le pape Benoît XVI qui ne prétend d'ailleurs nullement imposer aux autres religions ce qu'il demande aux catholiques auxquels il s'adressait en atterrissant en Afrique.

Or nous constatons que le seul pays au monde qui a vu s'effondrer le nombre des malades atteints du sida est l'Ouganda qui a fait de la fidélité conjugale et de la lutte contre la polygamie son cheval de bataille. Mais par exemple nous voyons les Philippines avec seulement 9.000 cas connus qui arrive au 149 ème taux le plus bas de contagion de la planète sur 167 pays recensés (Google : Philippines sida /Comparaison de Pays / VIH/SIDA - taux d'incidence du sida). Par rapport à la population totale, il y a autant de patients atteints de la maladie sur tout l'Archipel que la France en génère chaque année et qui a actuellement 120.000 à 140.000 patients recensés. Pourquoi ? Tout simplement parce que le gouvernement et l'Eglise ont appelé la population à modifier son comportement sexuel. Ce qui a évité à ce pays la tragédie que connaît l'Afrique.

Il nous est demandé à longueur d'antennes de modifier notre comportement en matière de conduite automobile, d'hygiène alimentaire, dentaire, sportive, d'usage du tabac et de l'alcool ;mais pas question de modifier le comportement des peuples en matière de sexualité. Nous allons donc en payer le prix. Nous le payons d'ailleurs déjà par le coût exorbitant des traitements pour le sida, responsable en partie du trou de la sécurité sociale. En attendant l'arrivée d'un hypothétique vaccin.

C'est ce qu'a voulu nous rappeler le Pape. Il joue en cette matière un rôle véritablement prophétique. Et il n'a cure de se voir accabler par les médias qui suivent la mode comme des moutons de Panurge. Il est là pour défendre la vérité et la morale enseignées par Jésus-Christ. Nous approuvons son courage face à la meute des loups qui le harcèle. Benedictus sit. Qu'il soit béni.

Dr Jean-Pierre Dickès
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La.rédaction
la.rédaction2
avatar

Nombre de messages : 451
Age : 31
Date d'inscription : 28/09/2007

MessageSujet: Re: Benoit XVI en Afrique   19.03.09 15:35

On demande à la rédaction de poster la réponse suivante de la part de TAYKAXA :

La polémique monte et l’on dit que l’Eglise est hors jeu, qu’elle ne comprend pas, que le Pape n’arrête pas de faire des erreurs. S’il est des temps où je suis triste et effectivement je ne comprends pas, j’ai eu de la peine ce matin en écoutant Line Renaud, sur RTL, rentrer dans ce grand jeu de ridiculisation en disant sa peine devant la déclaration du pape sur le préservatif. Cette grande dame qui a fait et continue à faire beaucoup pour aider à la prévention et à la lutte contre le SIDA, m’attriste. Pour commencer je vous donnerai l’intégrale du propos en cause, dans l’avion qui conduisait le pape vers le Cameroun.

Question - Votre Sainteté, parmi les nombreux maux qui affligent l'Afrique, il y a également en particulier celui de la diffusion du sida. La position de l'Eglise catholique sur la façon de lutter contre celui-ci est souvent considérée comme n'étant pas réaliste et efficace. Affronterez-vous ce thème au cours du voyage ?

Benoît XVI - Je dirais le contraire : je pense que la réalité la plus efficace, la plus présente sur le front de la lutte contre le sida est précisément l'Eglise catholique, avec ses mouvements, avec ses différentes réalités. Je pense à la Communauté de Sant'Egidio qui accomplit tant, de manière visible et aussi invisible, pour la lutte contre le sida, aux Camilliens, à toutes les religieuses qui sont à la disposition des malades... Je dirais qu'on ne peut pas surmonter ce problème du sida uniquement avec des slogans publicitaires. Si on n'y met pas l'âme, si on n'aide pas les Africains, on ne peut pas résoudre ce fléau par la distribution de préservatifs : au contraire, le risque est d'augmenter le problème. La solution ne peut se trouver que dans un double engagement : le premier, une humanisation de la sexualité, c'est-à-dire un renouveau spirituel et humain qui apporte avec soi une nouvelle manière de se comporter l'un avec l'autre, et le deuxième, une véritable amitié également et surtout pour les personnes qui souffrent, la disponibilité, même au prix de sacrifices, de renoncements personnels, à être proches de ceux qui souffrent. Tels sont les facteurs qui aident et qui conduisent à des progrès visibles. Je dirais donc cette double force de renouveler l'homme intérieurement, de donner une force spirituelle et humaine pour un juste comportement à l'égard de son propre corps et de celui de l'autre, et cette capacité de souffrir avec ceux qui souffrent, de rester présents dans les situations d'épreuve. Il me semble que c'est la juste réponse, et c'est ce que fait l'Eglise, offrant ainsi une contribution très grande et importante. Nous remercions tous ceux qui le font.


Les propos, s’ils conduisent à mettre en exergue cette phrase que tous commentent, sont dans un corps de discours plus ample que ce que nous entendons. Est-ce si grossier de d’entendre dire d’un leader spirituel que la gestion de sa sexualité ne ressort pas seulement de la réponse à ses besoins sexuels en prenant les moyens d’éviter que ne se transmette une maladie ? Et cela sans préjuger de la tradition spirituelle à laquelle il se réfère…

Je voudrais prolonger en vous faisant par de mon expérience. Depuis le début de mon ministère, j’ai eu la chance de travailler dans le cadre associatif avec AIDES pour la prévention, la formation et l’accompagnement des personnes toucéhes par le SIDA et ce de 1991 à 1994. Je l’ai fait en lien avec l’évêque du diocèse où je travailais, il savait mes engagements et je lui rendais compte de ce que je faisais dans ce cadre. Dans le même temps avec une association de soins palliatifs j’accompagnais des personnes en fin de vie.

Plus tard, j’ai aussi eu l’occasion d’être à nouveau présent à la maladie dans l’accompagnement des personnes en fin de vie. J’y ai vu présent de nombreux croyants dans les divers moments de cette présence au monde de la pandémie du SIDA. Vous notez certainement que je parle maintenant du SIDA et plus d’une question de façon de gérer le rapport au besoin sexuel des personnes, qu’il faut dans tous les cas gérer de façon responsable….

Je sais qu’aujourd’hui ils sont encore nombreux à être présents en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud, les chrétiens, les religieuses et religieux présent sur le front de l’éducation de la personne. Ils gardent toujours en vue la formation à l’accueil du corps comme lieu d’expression de la vie –en apprenant à connaître ses potentialités et une gestion responsable de ses ressources-.
Sur le terrain de la santé, la congrégation à laquelle j’appartiens est présente dans des projets de traitement de la maladie (transmission mère-enfant et gestion de la maladie) qui ont un fort taux de réussite. Il est ainsi permis aux familles de continuer leur mission de garants de la vie.

Je vous laisse pour terminer avec ce texte du père Lombardi qui reprend ces divers éléments de façon plus synthétique :

L'Eglise a ouvert trois fronts pour combattre « le terrible fléau du sida », rappelle le père Federico Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-Siège : l'éducation à la responsabilité, la recherche médicale et la diffusion des thérapies, l'assistance aux malades. « Le Saint-Père a rappelé les positions de l'Eglise catholique et les lignes essentielles de son engagement pour combattre le terrible fléau du sida ».

Premier front : « l'éducation à la responsabilité des personnes dans l'usage de la sexualité et la réaffirmation du rôle essentiel du mariage et de la famille ».

Second front : « la recherche et l'application des thérapies efficaces contre le sida, et leur mise à la disposition du plus grand nombre possible de malades grâce aux nopmbreuses initiatives et des institutions sanitaires ». Le pape a cité Sant'Egidio, les Camilliens, et les religieuses : en tout 25 % des structures s'occupant des malades du sida sont catholiques. Il faudrait aussi mentionner toutes les structures s'occupent des enfants nés séropositifs et spécialement des orphelins du sida. Le pape a également demandé aux entreprises pharmaceutiques la gratuité des thérapies.

Troisième front : « l'assitance humaine et spirituelle des malades du sida et de tous les souffrants, qui sont depuis toujours dans le cœur de l'Eglise ».

« Telles sont les directions dans lesquelles l'Eglise concentre son engagement, elle ne considère pas que viser seulement à une large diffusion des préservatifs soit en réalité la voie la meilleure, la plus prévoyante ou la plus efficace pour combattre le fléau du sida et protéger la vie humaine ».

Autrement dit, le pape et le P. Lombardi affirment que la diffusion du préservatif reste inefficace si on ne combat pas aussi sur ces trois fronts. Sans l'éducation à la « responsabilité » - « si on n'aide pas les Africains », dit le pape, cela pourrait même « aggraver le problème ».”

Continuons sans complexes, ni honte à redire que nous sommes du côté de ceux qui croient à la vie et à l’être humain. Ensemble ne nous laissons pas désanchanter par les outils de communication qui ne sont plus véhicules de la pensée, mais relais du prêt à penser….

Bernard MASSARINI c.m.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.devenirunenchrist.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Benoit XVI en Afrique   19.03.09 11:47

Soyons honnêtes : le pape parle bien de "préservatifs" !
Et ces propos sont inacceptables !!!

extrait de l'agence Zénith :

Question - Votre Sainteté, parmi les nombreux maux qui affligent l'Afrique, il y a également en particulier celui de la diffusion du sida. La position de l'Église catholique sur la façon de lutter contre celui-ci est souvent considérée comme n'étant pas réaliste et efficace. Affronterez-vous ce thème au cours du voyage ?

Benoît XVI - Je dirais le contraire : je pense que la réalité la plus efficace, la plus présente sur le front de la lutte contre le sida est précisément l'Église catholique, avec ses mouvements, avec ses différentes réalités. Je pense à la Communauté de Sant'Egidio qui accomplit tant, de manière visible et aussi invisible, pour la lutte contre le sida, aux Camilliens, à toutes les religieuses qui sont à la disposition des malades... Je dirais qu'on ne peut pas surmonter ce problème du sida uniquement avec des slogans publicitaires. Si on n'y met pas l'âme, si on n'aide pas les Africains, on ne peut pas résoudre ce fléau par la distribution de préservatifs : au contraire, le risque est d'augmenter le problème. La solution ne peut se trouver que dans un double engagement : le premier, une humanisation de la sexualité, c'est-à-dire un renouveau spirituel et humain qui apporte avec soi une nouvelle manière de se comporter l'un avec l'autre, et le deuxième, une véritable amitié également et surtout pour les personnes qui souffrent, la disponibilité, même au prix de sacrifices, de renoncements personnels, à être proches de ceux qui souffrent. Tels sont les facteurs qui aident et qui conduisent à des progrès visibles. Je dirais donc cette double force de renouveler l'homme intérieurement, de donner une force spirituelle et humaine pour un juste comportement à l'égard de son propre corps et de celui de l'autre, et cette capacité de souffrir avec ceux qui souffrent, de rester présents dans les situations d'épreuve. Il me semble que c'est la juste réponse, et c'est ce que fait l'Église, offrant ainsi une contribution très grande et importante. Nous remercions tous ceux qui le font.
Revenir en haut Aller en bas
P'tit poisson



Nombre de messages : 22
Age : 54
Date d'inscription : 16/12/2007

MessageSujet: Benoit XVI en Afrique   18.03.09 23:51

D'accord ou pas d'accord... mais avant de "critiquer" une phrase, il convient de lire son contexte :

Question de Philippe Visseyrias de France 2

Saint Père, parmi les multiples maux dont souffre l'Afrique, il y a aussi en particulier celui de l'épidémie du sida. La position de l'Eglise catholique quant aux moyens de lutter contre ce fléau est souvent considérée comme irréaliste et inefficace. Aborderez-vous ce thème durant le voyage ?

Réponse de Benoît XVI [traduit de l'italien]

Je dirais le contraire. Il me semble que l'entité la plus efficace, la plus présente sur le front de la lutte contre le sida est vraiment l'Eglise catholique, avec ses mouvements et ses diverses structures. Je pense à la Communauté Saint Egidio qui fait tant, de manière visible et aussi de manière invisible pour lutter contre le sida, aux religieux Camilliens, à toutes les religieuses qui sont au service des malades...

Je dirais qu'on ne peut vaincre ce problème du sida uniquement avec des slogans publicitaires. Si ce n'est pas le cœur, si les africains ne s'y entraident pas, on ne peut résoudre ce fléau avec la distribution de prophylactiques : au contraire, le risque est d'accroître le problème.
La solution ne peut venir que d'un double engagement : en premier, une humanisation de la sexualité, c'est-à-dire un renouveau spirituel et humain qui permette une nouvelle manière de se comporter les uns avec les autres, et deuxièmement une vraie attention particulièrement à l'égard des personnes qui souffrent, la disponibilité, les sacrifices aussi, les renoncement personnel pour être avec les personnes souffrantes. Ce sont les moyens qui aident et permettent des progrès visibles.

C'est pourquoi, je dirais que c'est là notre double force : renouveler l'homme intérieur, donner une force spirituelle et morale pour un comportement juste dans la manière de considérer son propre corps et celui d'autrui, et d'autre part cette capacité à souffrir avec ceux qui souffrent, d'être présents aux cotés de ceux qui traversent des épreuves. Je crois que c'est là la juste réponse, que l'Eglise la met en œuvre et offre ainsi une aide très grande et importante. Nous remercions tous ceux qui y participent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Benoit XVI en Afrique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des idées pour l'Afrique
» Zone Afrique Equatoriale
» (AFRIQUE DU NORD)
» 3 avril : 12e Festival couleurs d'Afrique à St-Hilaire-de-la-Côte
» Le Percheron étalon de l'année en Afrique du Sud.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: QUOI DE NEUF ?-
Sauter vers: