Les propos de chacun n'engagent que lui ! ..................................................... Pour revenir au forum, cliquer à droite :
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Partagez | 
 

 Intimidation, conséquences

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pierre-Lou



Nombre de messages : 12
Age : 71
Date d'inscription : 13/09/2014

MessageSujet: Re: Intimidation, conséquences   04.10.14 18:44

Ce que j'éprouvais de malheur en classe m'empêchait de profiter des weekends, des congés et des grandes vacances, car j'étais certain, de retour à l'école, de retrouver mes intimidateurs. La situation était comme sans issue.

Comment faisais-je pour traverser malgré tout l'épreuve incessante, sans aide, je le répète, de camarades ou d'adultes ? En reproduisant imaginairement ce que je subissais réellement. Chaque soir, au lit, je me racontais une histoire, canevas sur lequel j'improvisais. Je crevais les yeux de mes tortionnaires avec la plume de mon porte plume, instrument avec lequel nous apprenions à écrire, à l'époque.

Je me rends compte aujourd'hui que le geste de crever les yeux symbolisait un meurtre, car je désirais tuer ceux qui assassinaient journellement mon âme. Abandonné à mon triste sort, je me débarrassais d'eux en théorie, ce que j'étais (heureusement) incapable de faire dans la pratique.

En somme, mes premières années d'école se sont déroulées sous le signe effrayant d'une haine partagée, ce qui ne manquera pas d'avoir de lourdes conséquences par la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierre-Lou



Nombre de messages : 12
Age : 71
Date d'inscription : 13/09/2014

MessageSujet: Re: Intimidation, conséquences   04.10.14 0:29

Ursule,

J'ai vu nombre de photos du petit garçon que j'ai été. Avec mes cheveux en brosse, je ne ressemblais pas du tout à une fille. Par ailleurs, je n'avais pas de « comportement féminin », comme tu dis.

Je jouais parfois au médecin avec ma soeur cadette. Elle m'amenait sa poupée à qui je trouvais des maladies terribles. Je finissais toujours par les guérir sans intervention chirurgicale, au grand soulagement de ma soeur qui était une mère poule en herbe.

Dire la messe avec des objets de culte miniatures offerts par mes parents (je voulais alors devenir prêtre) constituait mon activité favorite. Au moins deux fidèles très fervents assistaient à la cérémonie. J'aimais aussi jouer avec des mini briques, ancêtres des Lego.

Au plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ursule

avatar

Nombre de messages : 602
Age : 57
Date d'inscription : 23/03/2012

MessageSujet: Re: Intimidation, conséquences   03.10.14 10:39

Oui Pierre Lou le fait est qu'autrefois la différence était le + souvent mal admise dans les établissements religieux ; Mais ce que tu ne précises pas c'est si tu avais un comportement féminin ou si tu te consacrais à des jeux féminins ; et même là encore il n'est pas rare dans le jeune âge de voir des garçons jouer à la poupée ou des filles jouer ; avec des camions ; ma mère qui était dans les écoles maternelles en sait quelque chose ; alors ...! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierre-Lou



Nombre de messages : 12
Age : 71
Date d'inscription : 13/09/2014

MessageSujet: Intimidation, conséquences   03.10.14 2:43

Bonsoir.

Très tôt, j'ai été rejeté. La merveille ! Pendant toutes mes études primaires. Parce que maman nous avait appris à bien parler, à ma soeur, mon frère et moi. S'exprimer correctement m'a fait mal paraître aux garçons du quartier défavorisé où je vivais.

Dès ma première rentrée scolaire, au moins cinq ou six d'entre eux m'ont crié des noms : fif, fifi, fifille, fillette. Plus tard, s'ajouteront moumoune, tapette, et j'en passe.Je faisais tout pour passer inaperçu : raser les murs, me cacher dans un recoin, mais ils finissaient toujours par me remarquer. Ils m'injuriaient alors, m'administraient des taloches, me faisaient des crocs-en-jambe. Lorsque j'étais tombé, ils me décochaient des coups de pied. Un hiver, une « maîtresse » m'en a elle-même donné un. En désespoir de cause, je me suis présenté devant la soeur directrice et, sans nommer personne, lui ai confié que des écoliers me faisaient mal. Pour toute consolation, elle m'a recommandé d'unir mes souffrances à celles de Jésus en croix. À la maison, j'avais trop honte pour raconter à mes parents ce qui se passait à l'école. En bref, je me sentais comme un enfant différent, humilié, sans ami pour le défendre et sans aide. L'horreur !

À bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Intimidation, conséquences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» bout de texte fort intéressant...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: TEMOIGNAGES-
Sauter vers: